Les centres d'appels subissent de plein fouet le confinement instauré dimanche en Tunisie. Au service de clients étrangers, leur activité n'est pas considérée comme vitale. Au risque d'affaiblir un secteur qui pèse 300 millions d'euros par an.

Lire la suite