Des chercheurs ont montré que les rongeurs du genre Peromyscus vivant en altitude possèdent une version alternative du gène Epas1. Celle-ci permet l'augmentation du rythme cardiaque.

Lire la suite