Lorsque, pour la première fois, Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre, avait été convoqué par le parquet de Sidi M’hamed, à Alger, dans le cadre de l’affaire Ali Haddad, patron du groupe ETRHB, rares étaient les personnes qui avaient cru qu’il pourrait être poursuivi, et encore moins placé en détention.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault