Notre reporter qui était sur les lieux et le personnel médical et les gendarmes que nous avons interrogés sont formels : il n' y a pas eu de mutilation du corps , ni de traces apparentes de violence.

Lire la suite