Boris Johnson s’est engagé dimanche à instaurer des peines plancher et à abolir les libérations anticipées pour les personnes condamnées pour terrorisme, un engagement lui valant d’être accusé d’utiliser à des fins politiques l’attentat meurtrier de Londres commis par l’une d’elles, à dix jours des législatives.

Lire la suite