L’enfant avait dû être soumise à une césarienne à cause du retard pris par l’administration pour un avortement. Les médecins qui l’ont opérée sont toujours mis en examen pour homicide.

Lire la suite