Quatre ans après le référendum, les Britanniques ne regrettent pas leur vote, mais ils sont (un peu) plus isolés et (un peu) plus pauvres, explique Eric Albert.

Lire la suite