Dans un communiqué signé du 14 février, la présidence de la République  du Cameroun  dément être à l’origine des correspondances adressées à certaines personnalités. Profitant certainement du contexte de lendemain du double scrutin législatif et municipal, des individus initieraient des lettres à personnalités pour leur faire miroiter un strapontin dans le prochain gouvernement.

Lire la suite