Si le pays de Paul Biya a fait d’énormes progrès en matière d’infrastructures sportives, le siège de la Fécafoot où se conçoit l’organisation des compétitions et la politique de développement du football reste quant à lui une vilaine bâtisse. Sur le long axe qui va de l’Ecole de police à la sous-préfecture de Tsinga à Yaoundé, un bâtiment à deux étages, sans attrait physique, mais à la réputation d’une maison à sous.

Lire la suite