Trois juges écossais ont estimé que la motivation principale de Boris Johnson était d’entraver le travail parlementaire. Une décision définitive sera rendue mardi prochain par la Cour Suprême du Royaume-Uni. 

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault