Le procès de Jean Boustani, un homme d'affaires libanais présenté comme le " cerveau " d'une opération à deux milliards de dollars, avec des pots-de-vin en cascade et qui a mis le Mozambique au bord du précipice financier, s'est ouvert mercredi à New York.

Lire la suite