Les échanges illicites sont dans le viseur du gouvernement kenyan, qui, après une série de lois restrictives, a entrepris de sortir les billets les plus fréquents de la circulation pour lutter contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent. La mesure parachève la surveillance de la monnaie mobile et la répression des cryptomonnaies décentralisées.

Lire la suite