Le financement du logement en Afrique est depuis longtemps l’objet d’un regrettable paradoxe : alors que la demande est immense, et qu’il est dans l’intérêt des emprunteurs comme des préteurs de développer ce marché, l’électroencéphalogramme du crédit hypothécaire reste désespérément statique, de Ouaga à Dakar, et de Tana à Libreville.

Lire la suite