Amnesty International a demandé mardi 14 mai au Président Félix-Antoine Tshisekedi de « veiller à ce qu’il n’y ait pas de place dans son gouvernement pour des personnes soupçonnées d’atteintes aux droits humains et que tout complice présumé de tels crimes soit immédiatement soumis à une enquête ».

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault