L'Etat veut développer dans les trois prochaines années le recours au "nuage" ou "cloud" pour son informatique, avec différents systèmes adaptés à la sensibilité des données concernées, a-t-on appris mercredi auprès du secrétariat d'Etat au numérique.Pour les données les plus sensibles des administrations, le gouvernement a fait le choix d'un "cloud d'Etat", qui sera géré par l'Etat lui-même, sur des serveurs lui appartenant.Ce système accessible à tous les ministères devrait être opérationnel "à l'horizon de juillet 2019", selon l'entourage du secrétaire d'Etat au numérique, Mounir Mahjoubi.Il s'appuiera sur la "convergence" de trois systèmes de "cloud" actuellement en cours de constitution dans les ministères de l'Intérieur, de l'Economie et des finances, et du ministère de l'Ecologie, a-t-on précisé de même source.Pour des données et applications moins sensibles, l'Etat aura recours à un "cloud dédié".Celui-ci sera géré par un prestataire extérieur, mais sur des machines exclusivement dédiées à cet usage.L'Etat ne fixera pas de conditions de nationalité pour le prestataire choisi, mais celui-ci devra notamment garantir qu'il est soumis "exclusivement" au droit français ou européen, a précisé un proche du secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi.Le gouvernement voudrait lancer l'appel d'offre pour ce cloud dédié d'ici à la fin de l'année 2018, a-t-on indiqué de même source.Enfin, pour les données et application peu sensibles, les administrations pourront avoir accès aux clouds publics traditionnels, du type de ceux gérés par les géants américains du net ou des Français comme OVH.

Source :

https://information.tv5monde.com/info/informatique-l-etat-va-passer-lui-aussi-au-nuage-247749

Pin It




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir