Il y a 8 ans, Jean-Pierre Fabre quittait l’UFC avec quelques amis pour fonder l’alliance nationale pour le changement (ANC). Que l’on apprécie ou non l’homme politique, que l’on soutienne sa démarche ou que l’on soit son adversaire, il faut reconnaître qu’il est parvenu à ancrer sa formation dans le paysage togolais, à développer une implantation nationale et à disposer de députés. C’est déjà pas mal. Il a même obtenu le statut officiel (et les avantages) de chef de l’opposition. Son [...]

Lire l'article original sur :

http://news.alome.com/h/113447.html

Pin It