Même après avoir pris le train en marche, les responsables de la Coalition des 14 partis de l’opposition ne sont pas pour autant en accord avec l’attitude unilatéral avec laquelle la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est en train de conduire le processus de l’organisation des élections législatives. « Il n’est pas admissible qu’on puisse aller à des élections transparentes, consensuelles, et équitables préconisées par la feuille de route de la CEDEAO tant qu’on n’a pas revu [...]

Lire l'article original sur :

http://news.alome.com/h/113441.html

Pin It