La constitution prévoit la liberté de la pensée religieuse et d’expression et interdit la discrimination religieuse sur le lieu de travail. D’autres lois protègent la liberté
religieuse individuelle contre les abus par le gouvernement ou des acteurs privés. Au mois de janvier, le gouvernement a promulgué une loi modifiant le code de la
nationalité et autorisant une femme Malagasy à transmettre sa nationalité à un enfant quel que soit son statut matrimonial. Les musulmans nés dans le pays ont continué à déclarer qu’ils n’étaient pas en mesure d’obtenir des documents de citoyenneté fondés sur des lois sur la nationalité qui ne permettent pas à certains enfants apatrides nés à Madagascar de se faire naturaliser.

En avril, le Ministre de l’Education a menacé de fermer 16 écoles islamiques qu’il classait comme «coraniques», déclarant que ces écoles faisaient partie des 190 écoles privées identifiées comme ne répondant pas aux diverses exigences administratives. Des membres de la communauté musulmane et des fidèles de certaines églises protestantes évangéliques ont déclaré qu’ils se voyaient refuser l’admission dans les écoles privées et avaient parfois un accès limité à l’emploi en raison de leur confession religieuse. Les membres d’une petite communauté juive ont signalé une amélioration générale de leur interaction avec la société.

Des responsables de l’Ambassade des États-Unis se sont entretenus régulièrement avec des fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur responsables de l’enregistrement des groupes religieux et avec des fonctionnaires du Ministère de la Justice sur le code de la nationalité. Les représentants de l’Ambassade ont continué de collaborer avec les représentants de la communauté internationale pour minimiser l’impact du code de la nationalité sur les apatrides, y compris les musulmans ayant des liens de longue date avec le pays. L’Ambassade a régulièrement rencontré des chefs religieux tout au long de l’année et organisé un forum public interreligieux pour encourager la solidarité entre les différentes religions autour d’une préoccupation commune.

Distribué par APO Group pour Ambassade des Etats-Unis à Madagascar & Comores.

Source :

https://www.africa-newsroom.com/press/rapport-international-sur-la-liberte-religieuse--madagascar-2017?lang=en

Pin It




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir