En ce 5 juillet 2018 où, au beau milieu d’une de ces palabres de retraités dont seuls les fonctionnaires nigériens ont le secret, nous avons appris le décès, la veille au soir, de notre compatriote Boukary Adji, une grave pensée m’effleura l’esprit.

Source :

http://www.tamtaminfo.com/ma-derniere-lettre-a-boukary-adji-on-peut-etre-un-heros-sans-ravager-la-terre/

Pin It




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir