C’est «une priorité». Le prix du poisson doit être fixé une bonne fois pour toute, martèle Elie Karl Gentil, le porte-parole de l’Association des consommateurs de l’île Rodrigues (ACIR). Au vu de la situation actuelle, déplore-t-il, «nous avons l’impression que le prix de vente du poisson est libéralisé à Rodrigues».

Source :

http://www.lexpress.mu/node/340867

Pin It