«Premier tour dia vita», «Vonjeo izahay président», «Ianao no anay président»… C’est ce qu’on a entendu hier à Vohipeno. Ces appels s’apparentaient à des cris face à la situation de pauvreté, à l’insécurité et aux difficultés subies au quotidien par la population.

Source :

http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2018/04/16/andry-rajoelina-foule-contact-dans-le-sud-est/

Pin It