CRITIQUE. Partant du crime de la belle Ishrak, l'ecrivain congolais In Koli Jean Bofane entrelace habilement un recit ou les etres se telescopent dans une ville tentaculaire, tandis que souffle le chergui, ce vent du sud qui, dit-on, rend fou.

Source :

https://afrique.lepoint.fr/culture/la-belle-de-casa-casablanca-confidential-selon-in-koli-jean-bofane-11-10-2018-2262057_2256.php#xtor=RSS-221

Pin It

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir