«Je ne peux plus subir des coups. Je ne dors plus, je n’ai plus la paix d’esprit. Mes deux enfants sont traumatisés et je n’ai plus envie de finir mes jours aux côtés d’un mari bourreau.

Source :

http://www.lexpress.mu/node/334012

Pin It




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir