Ils sont quatre à vivre la peur au ventre. Dans la crainte que leur maison ne s’effondre sur leurs têtes après les récentes pluies et les glissements de terrain. Mais faute de moyens financiers, les Soraye sont contraints de rester contre vents et marées.

Source :

http://www.lexpress.mu/node/329816

Pin It